Focus économique

Arrêt de la baisse de l’emploi industriel

Arrêt de la baisse de l’emploi industriel

Redressement des effectifs salariés

L’emploi salarié dans l’industrie a diminué de 0,1 % au deuxième trimestre 2017. Le recul par rapport au printemps 2016 n’est plus que de 0,4 %, contre – 1,2 % à l’hiver 2015. Après plusieurs années de baisse marquée, le nombre d’employés dans le secteur semble se stabiliser pour la première fois depuis 2011. En effet, les destructions nettes de postes s’élèvent actuellement à 1 400 en moyenne trimestrielle, rythme nettement inférieur à celui de – 8 000 enregistré entre 2012 et mi-2016.

La prise en compte des intérimaires industriels accentue ce constat. En effet, ces derniers approchent désormais 300 000 (+ 14 % sur un an), au plus haut depuis début 2008. Leur réaffectation dans les secteurs utilisateurs se traduit ainsi par un niveau d’emploi de plus de 3,4 millions dans l’industrie (soit 9,3 % de plus qu’avant la réintégration), en augmentation de 0,6 % en glissement annuel au deuxième trimestre. Ce mouvement est globalement homogène, avec une amélioration quasi généralisée. A l’exception de la fabrication d’équipements électriques, de l’industrie du bois-papier et de l’énergie, l’emploi y compris intérim progresse dans la totalité des sous-secteurs industriels. La hausse atteint par exemple 1,8 % dans l’agroalimentaire, 1,5 % dans les matériels de transport et 1,8 % dans le textile.

Des indicateurs avancés encourageants

Les dernières statistiques connues laissent entrevoir la poursuite de cette amélioration. Au troisième trimestre 2017, les embauches de plus d’un mois enregistrées par l’Acoss ont certes reculé dans l’industrie (- 1,1 %), mais après avoir bondi au cours du printemps (+ 9,5 %). Sur un an, elles s’inscrivent en hausse de 8 %, à plus de 160 000 par trimestre. Les enquêtes réalisées par l’Insee auprès des industriels soulignent un redressement marqué des anticipations de recrutement depuis le début de l’exercice en cours, de sorte que l’évolution des effectifs serait plus favorable à court terme.

Une des conséquences de cette embellie : les tensions sur le marché du travail se renforcent dans les métiers de l’industrie. Selon Pôle emploi, l’indicateur rapportant les offres d’emploi collectées aux demandes enregistrées atteint 0,78 au deuxième trimestre 2017, au plus haut depuis la mi-2011. La situation est particulièrement délicate sur certains postes, notamment pour les techniciens et agents de maîtrise de l’électronique où le ratio dépasse 2. Autre signe des difficultés rencontrées par les recruteurs : le taux d’emplois vacants mesuré par la Dares atteint 1 % au printemps 2017 après un doublement en l’espace de deux ans.