Le portrait

« Le dialogue social est un investissement qui paye »

Eric Martineau, GKN Driveline Arnage : « Le dialogue social est un investissement qui paye »

Partage, transparence et coconstruction : trois principes qui animent au quotidien GKN Driveline Arnage. Eric Martineau, directeur de l’entreprise sarthoise, est un fervent partisan du dialogue social.

Créer les conditions du dialogue

« Nous sommes en permanence dans le partage d’informations avec les différentes instances représentatives du personnel. C’est ce qui permet le débat et la confiance » explique-t-il. Tous les mois, l’entreprise communique aux partenaires sociaux et à tous les salariés ses résultats financiers pour les impliquer pleinement dans le pilotage de l’entreprise. « Nous avons même été jusqu’à proposer de planifier ensemble les évolutions salariales. Pour ça, nous avons mis en place des formations sur les principes financiers de gestion d’entreprise ».

GKN a par ailleurs signé un accord avec les instances représentatives du personnel pour les doter de moyens supplémentaires (heures de délégation, participation aux réunions et aux groupes de travail).  Si ces instances encadrent les échanges, le dialogue passe aussi par des contacts informels quotidiens : « Les portes de mon bureau comme celles du directeur des ressources humaines sont toujours ouvertes. Nous maintenons un contact continu avec les équipes ».

Améliorer la qualité de vie au travail

De nombreux accords sont ainsi signés sur des sujets identifiés comme importants pour GKN et ses salariés, comme la qualité de vie au travail. L’entreprise, qui s’est vue remettre un award par l’UIMM Sarthe pour son engagement sur le sujet, a investi plusieurs centaines de milliers d’euros pour moderniser ses espaces de travail. Assainissement de l’atmosphère, rénovation des vestiaires et de la cantine, instauration d’un programme d’échauffement physique avant chaque prise de poste… autant d’initiatives qui ont permis de renforcer la sécurité et d’améliorer la qualité de vie au travail. « Nous avons aussi déployé un plan d’action sur la nutrition, un accompagnement pour aider ceux qui le souhaitent à arrêter de fumer et instauré un partenariat avec une crèche. Les partenaires syndicaux sont totalement acteurs de ces projets. »

…et la compétitivité de l’entreprise

Un pari qui profite à GKN dans sa globalité. Les actions menées ont eu un effet positif sur les performances de l’entreprise : « Nous atteignons régulièrement des records de productivité ». Le dialogue social comme levier de compétitivité, Eric Martineau en est convaincu. « En 2015, nous avons repensé les horaires de travail de nos équipes après 1 an de concertation et 19 réunions de travail. » A la clé, un gain de 7% de capacité de production et de nouveaux marchés. « Il faut accepter de ne pas toujours être d’accord. De ce débat naît de nouvelles idées et des solutions équilibrées. C’est ce qui est enrichissant ! ».  

« Nos salariés sont le meilleur capital de l’entreprise, ce sont eux qui créent la valeur ajoutée, qui maitrisent les process et les développent. Nous les manageons et les soutenons. Le dialogue social est un élément clé : nous ne pouvons pas investir sur les femmes et les hommes de GKN et contribuer à leur montée en compétences sans un bon dialogue social. C’est le fer de lance, c’est le cœur, bien plus que les machines. »

Eric Martineau

GKN Driveline Arnage appartient au groupe britannique GKN PLC, présent dans plus de 30 pays. L’entreprise fabrique des éléments de transmission pour le secteur automobile et des produits à forte valeur ajoutée comme des boites de vitesse électriques. Avec un carnet de commandes plein pour les 5 prochaines années, GKN recrute : 18 postes sont à saisir dont 5 en maintenance.