Le portrait

Encourageons les femmes à entreprendre !

Encourageons les femmes à entreprendre !

Anne-Sophie Panseri dirige la PME Maviflex et est aussi présidente du réseau national Femmes Chefs d’Entreprise. En tant qu’industrielle engagée, elle accompagne les femmes dans leurs projets d’entrepreneuriat et révolutionne l’organisation du temps de travail dans son entreprise.

« Un saut dans l’inconnu » : c’est ainsi qu’Anne-Sophie Panseri décrit ses premiers pas comme dirigeante. Après 6 ans passés entre le marketing, le service après-vente et la production chez Maviflex, elle rachète l’activité « portes » de l’entreprise avec son frère aux actionnaires du groupe familial. Après des années difficiles et des investissements stratégiques, Maviflex totalise 22 millions de chiffre d’affaire et 17% de croissance annuelle.

Son maître mot : l’action

« Beaucoup d’actions sont menées, ce qui est une bonne chose mais on constate que l’entrepreneuriat féminin stagne. Développons une culture du résultat en développant des indicateurs simples à mettre en place pour évaluer chaque investissement réalisé. Quantifier les actions permettra d’agir plus rapidement. Plus il y aura d’entrepreneur(e), plus ce sera bénéfique pour notre PIB, notre consommation et globalement notre pays. »

« Ensemble nous sommes invincibles »

C’est en 2006 que sa route croise celle du réseau Femmes Chefs d’Entreprises : « Je me sentais isolée et l’entreprise était en proie à des difficultés. J’y ai trouvé beaucoup de partage et de bienveillance ». Elle prend la tête du réseau (qui compte 8% d’industrielles) 10 ans plus tard, animée par l’envie d’aider les femmes de tous secteurs à créer leur entreprise et à les faire grandir par la co-construction et le partage d’expériences et de compétences. « Ne pas rester seule est important, il faut croire à son projet et se faire challenger pour avancer ».

Zéro écart de rémunération homme /femme

En tant que dirigeante, porter un regard sur les questions d’égalité hommes/femmes lui parait indispensable : « Nous veillons à ce qu’il n’y ait aucun écart de salaire entre les hommes et les femmes à poste équivalent. Il est évident que les directions doivent s’impliquer sur ces sujets ». Pour favoriser la mixité des métiers, la formation est un enjeu prioritaire : « il faut accompagner la formation des entrants pour qu’on puisse avoir des hommes et des femmes à tous les postes ».

Faire bouger les lignes

« Nous travaillons également sur l’organisation du temps de travail ». Les bureaux et la production ferment à 18h30, pour inciter chacun à vaquer à ses occupations personnelles et se ressourcer. « Plus on se régénère, plus on est productif et créatif en entreprise. La progression qu’on peut avoir en entreprise n’est pas chez nous proportionnelle au temps qu’on y passe !».

Les collaborateurs disposent d’une souplesse de 2h00 à rattraper pour traiter une urgence familiale sans être pénalisés. Il est aussi possible de rééquilibrer son temps de travail pendant une année scolaire pour accompagner un enfant à une activité. Un aménagement demandé par 80% d’hommes : « C’est par le regard de cette nouvelle génération d’hommes, qui ont envie de s’impliquer dans leur vie familiale, que l’on va aussi faire bouger les lignes de nos organisations de travail ! ». 

Maviflex est l’un des leaders mondiaux de la conception de portes souples industrielles. Installée à Décines dans le Rhône, la PME de 104 collaborateurs mène une politique d’innovation active avec 15 brevets nationaux et mondiaux déposés en 3 ans. La Région Auvergne-Rhône-Alpes lui a remis le trophée « Coup de cœur entreprise digital et innovation » lors du dernier Digital Summit de Lyon 2018 pour ses projets autour de la porte connectée.